LOUIZA SID AMMI

This slideshow requires JavaScript.

“Alger. El Djazaïr. El Mahroussa. El Bahdja… Alger la blanche, ville du saint patron Sidi Abderrahmane. Une ville ceinturée de cinq portes : Bab El Oued, Bab El Dzira, Bab El Bhar et Bab Jedid.

Alger, de tout convoitée. Ville mystérieuse. Ville attachante. Ville repoussante. Le pittoresque flirte avec le moderne.

Alger, une ville gorgée de mille et une histoires anecdotes. Une ville à maintes fois conquises, sans abdiquer. Toujours debout, fière, au flanc d’une colline, narguant la mer, lézardant sous les rayons du soleil.”

Photo 1: La jetée

La mer, élément indissociable de la ville d’Alger et de ses habitants. Lieu de détente, de travail mais également d’évasion. La mer qui a arraché les enfants d’Alger. Ils s’y sont jetés corps et âme, caressant le rêve d’une meilleure vie au-delà de la Grande Bleue.

Photo 2: Bougies

L’an 2011. Des centaines d’années et la croyance est encore là. Elle a la peau dure. Si tu as un problème, si tu as gros sur le cœur… Un seul lieu : le mausolée de Sidi-Abderrahmane. Une bougie allumée, une prière, un vœu et tu te sentiras mieux.

Photo 3: la porte

Une porte en bois entrouverte de couleur verte : celle du Paradis. Une poignée en métal. Une grande salle lumineuse, le tombeau de Sidi Abderrahmane trône au milieu. De paisibles citoyens y viennent qui pour prier, qui pour se reposer, qui en quête du repose de l’âme…

Photo 4: Rampe

Une rampe donnant sur la grande bleue, dont les vagues viennent mourir sur la jetée, près de la pêcherie. Vaste étendue d’eau qui nourrit le rêve des Harragas : partir.

 Photo 5: Mosquée

Au cœur de la ville, « Djamaâ el Kbir » (la Grande mosquée), l’une des plus importantes mosquées d’Alger, construite au 11e siècle par les Almoravides. Entre la Pêcherie et la place des Martyrs.

email:   louiza19photo@gmail.com