EL HADI HAMDIKENE

This slideshow requires JavaScript.

email:   ehamdikene@gmail.com

web:     www.2visu.org/regards/index_hamdikene

1- Cimetière Chrétien Bologhine

2- Céramiques, Villa Abdelatif

3- Bassin, Villa Abdelatif

4- Habitation, Diar El Mahçoul

5- Casbah

ALGER, ALGER…

Photographier le patrimoine architectural d’Alger en moins de quatre jours est ce possible ?

Déjà, la ville démesurément grossie offre l’image d’une mégalopole qui peine à trouver  son souffle, son rythme.

 Mais Alger Ville méditerranéenne par excellence, sait  malgré tout être belle, se parer de ses beaux atours, dévoiler ses facettes cachées pour nous éblouir…

Grâce à sa baie mythique, sa casbah, son bâti colonial et néo-mauresque, son histoire tumultueuse, ses femmes et ses hommes qui l’ont chantée, portée pendant des siècles.

El Bahja, El Mahrousa, Alger la Blanche…

Ville- Iles  es- tu  encore habitable?

Par ou commencer pour immortaliser avec mon  Leica quelques vues de son patrimoine si riche, si  convoité, si fragile aujourd’hui ?

(D’autres photographes de renom l’ont fait bien avant moi).

Par le centre ville ou se trouvent ses musées, par la grotte de Cervantès, Dar Aziza, Les anciens cafés de la Casbah, le Fort  Tamenfoust ou la basilique Notre Dame d’Afrique ?

 Que de lieux magiques à débusquer, à photographier…

 La cité de Sidi Abderrahmane s’ouvre à moi tel un livre, un écran en cinémascope ou vont défiler tant d’images, tant d’histoires… 

Pendant ce court périple, la lumière  de l’automne  illuminait sans cesse la ville d’un éclairage doux, habillait les édifices et les arbres d’ombres fugaces.

 Le ciel parsemé  de nuages blancs, laissait passer de temps en temps  des paquets de   martinets  affolés et plus haut, presque invisibles, de minuscules avions  traçant leurs trajectoires en lignes blanches dans l’air.

 En réalisant ce portrait-inventaire  d’Alger, j’ai compris pourquoi son architecture, a fait d’elle une ville unique ou tant d’architectes comme Le Corbusier, Pouillon et bien d’autres se sont attelés pendant longtemps  à lui donner  son lustre, son panache, l’ont aimée.

J’ai pris connaissance aussi, qu’Alger avait un autre atout : la lumière…

 Une lumière magique qui l’inonde interminablement,  inspirant tant de poètes, de peintres, d’écrivains.

A mon prochain voyage  vers la Alger, j’irai fixer sur ma pellicule les lieux, les traces,  ou Visconti a filmé l’Etranger, le patio ou Baya a peint sa cithare et  ses plus beaux paradisiers.

El Hadi Hamdikene